Dernières nouvelles
INERA

INERA

Institut de l’Environnement et de Recherches Agricoles

Historique

L’Institut de l’Environnement et de Recherches Agricoles du Burkina Faso (INERA) est l’un des quatre instituts spécialisés du Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST). Il est chargé des études et des recherches agricoles et environnementales. Son historique peut se résumer comme suit :

  • 1960-1978 : Les activités de recherches sont menées par les instituts français IRAT, IRCT, IRHO, CTFT,
  • 1978 : Création de l’Institut de la Recherche Agronomique (IRA) ;
  • 1981 : Création de l’Institut Voltaïque de Recherches Agronomiques et Zootechniques (IVRAZ) et de l’Institut de Recherche en Biologie et Ecologie Tropicale (IRBET);
  • 1988 : L’IVRAZ devient Institut d’Etudes et de Recherches Agricoles (INERA) ;
  • 1996 : Création de l’Institut de l’Environnement et de Recherches Agricoles (INERA) à partir de la fusion de l’Institut d’Etudes et de Recherches Agricole et de l’Institut de Recherche en Biologie et Ecologie Tropicale.

Missions et attributions

  • servir de cadre de programmation et d’exécution des programmes de recherche dans les domaines agricole et environnemental ;
  • fournir aux chercheurs l’encadrement et l’appui nécessaires à leurs travaux ;
  • fournir aux chercheurs les opportunités nécessaires à leur promotion ;
  • contribuer à l’information et à la formation des chercheurs, du personnel d’appui et de soutien, des étudiants et des producteurs ;
  • servir de cadre d’expertise ;
  • valoriser les résultats de recherche ;
  • créer des Unités de production ;
  • produire et commercialiser les produits de la recherche ;
  • promouvoir une recherche orientée vers une gestion durable des ressources naturelles ;
  • assurer un appui technique au développement agricole, environnemental et forestier, y compris par des études et le suivi d’exécution de projets ;
  • décentraliser et régionaliser la recherche agricole, environnementale et forestière dans le but de rapprocher les recherches de leurs utilisateurs et de promouvoir un développement optimal des potentialités agricoles, environnementales et forestières régionales ;
  • assurer la liaison entre la recherche et le développement y compris le transfert des technologies et innovations aux utilisateurs.

Fonctionnement

Le fonctionnement de l’INERA repose sur :

  • une Direction ;
  • cinq Directions Régionales de Recherches Environnementales et Agricoles (DRREA) ;
  • un Centre de recherches environnementales, agricoles et de formation (CREAF) à Kamboinsé ;
  • quatre départements scientifiques regroupant 18 programmes et un Centre National de Spécialisation en Fruits et Légumes (CNS-FL).

La Direction

Elle comprend :

 un Directeur, assisté de :

  • un secrétariat particulier,
  • un secrétariat administratif,
  • un service administratif et financier,
  • un service de développement des ressources humaines,
  • un service d’appui technique,
  • un service de production,
  • une régie d’avances,
  • une régie de recettes.

un Directeur-adjoint chargé des programmes (DAP), assisté de :

  • un Service de Liaison Recherche/Développement,
  • un Service des Etudes et Suivi-Evaluation,
  • un Service de Biométrie,
  • un Service de l’Information Scientifique, Technique et de la Communication.

Le Centre de Recherches Environnementales, Agricoles et de Formation (CREAF) de Kamboinsé et les Directions régionales de recherches environnementales et agricoles (DRREA)

Ce sont les lieux d’exécution des activités de recherche et de production résultant du découpage du territoire national en espaces de décentralisation de la recherche sur la base de critères agro-écologiques.

Le Centre de Recherches Environnementales, Agricoles et de Formation (CREAF) de Kamboinsé est le siège des départements scientifiques et des laboratoires et services d’appui centraux.

 En plus du CREAF, l’INERA compte cinq (5) DRREA :

  • la DRREA du Centre, siège Saria (Koudougou) ;
  • la DRREA de l’Est, siège Kouaré (Fada-Ngourma) ;
  • la DRREA du Nord-Ouest, siège Di (Tougan) ;
  • la DRREA de l’Ouest, siège Farako-Bâ (Bobo-Dioulasso) comprend deux stations secondaires, Niangoloko et Banfora, huit antennes, Balla, Dindéresso, Vallée du Kou, Sindou, Djiguèra, Houndé, Dano ;
  • la DRREA du Sahel (Nord), siège Katchari (Dori).

Les programmes et départements de recherches et le Centre National de Spécialisation en Fruits et Légumes

Dix-huit programmes de recherche sont exécutés au sein de quatre domaines de recherches ou Départements :

  • le Département Gestion des Ressources Naturelles / Systèmes de Production (GRN/SP) :

Il comprend 5 programmes de recherches régionaux : GRN/SP-Centre, GRN/SP-Ouest, GRN/SP-Nord- Ouest, et GRN/SP-Sahel ;

  • le Département Productions Végétales (DPV) :

Il comprend aussi 6 programmes de recherche : Céréales, Plantes Oléagineuses et Légumineuses, Cultures Maraîchères, Riz et riziculture, Coton et Fibres Textiles, Plantes à Racines et à Tubercules;

  • le Département Productions Animales (DPA) :

Il comprend 3 programmes de recherches : Ruminants, Monogastriques et élevages non conventionnels, Elevage /Environnement ;

  • le Département Environnement et Forêts (DEF) :

Il comprend 4 programmes de recherches : Agroforesterie et Amélioration des Ligneux, Ressources Fauniques et Halieutiques, Valorisation des Ressources Forestières, Aménagement et Suivi des Ecosystèmes.

  • le Centre National de Spécialisation en Fruits et Légumes (CNS-FL) :

Les activités du centre sont organisées autour de thèmes de recherche concernant trois cultures : Mangue, oignon et tomate. Le CNSFL a pour siège la station de Farako-Bâ.

 Les Départements, les Programmes et le Centre National de Spécialisation en Fruits et Légumes sont des unités de programmation, de coordination, d’exécution, de gestion scientifique et de développement.

Les laboratoires centraux, la Cellule Macro-Economie et Economie des Filières et la Cellule de télédétection et Système d’Information Géographique sont des outils d’appui affectés aux Départements scientifiques et au Centre National de Spécialisation en Fruits et Légumes. Ils sont basés à Kamboinsé.

Organisation

L’INERA dispose d’organes consultatifs et de gestion pour impliquer les producteurs, les développeurs et les décideurs politiques dans la gestion de ses activités :

 Le conseil scientifique et de gestion

Il est chargé de :

  • l’évaluation de la pertinence des activités de recherche ;
  • la discussion et de la validation des propositions des commissions des programmes ;
  • l’analyse des orientations des recherches environnementales et agricoles ;
  • l’examen et de l’appréciation des programmes d’activités et de l’approbation des budgets y afférents ;
  • veiller à l’adéquation entre les priorités des recherches et les moyens mis en œuvre ;
  • veiller à l’intégrité de la gestion technique, administrative et financière de l’institut.

Le comité de direction

Son rôle est de :

  • veiller à la mise en œuvre des recommandations et suggestions des organes de gestion ;
  • aider la direction de l’institut dans la planification, le suivi de l’exécution des différentes activités ;
  • contrôler l’application des mesures et décisions relatives à la bonne marche de l’Institut ;
  • planifier et mettre en œuvre la formation continue du personnel de l’Institut.

 Les comités techniques

  • Ils sont le cadre de concertation et d’échange d’informations entre chercheurs, développeurs et producteurs à l’échelle régionale ou
  • Ils débattent des thèmes intéressant le développement scientifique de l’INERA, examinent les progrès et résultats de la recherche et les différentes contraintes régionales ou nationales du développement rural, de manière à permettre leur prise en compte dans la programmation nationale annuelle des activités de

 Les commissions des programmes

 Ce sont des instances de programmation :

  • Elles valident les programmes d’activités quant à leur caractère scientifique, et
  • Elles apprécient les projets de budget correspondant.

 Outils de gestion et de valorisation

Ces outils sont :

  • le Plan stratégique des recherches agricoles ;
  • le cycle de programmation et budgétisation des activités ;
  • les propositions de recherche ;
  • le suivi-évaluation des activités et résultats ;
  • le système informatisé de gestion ;
  • le contrôle scientifique et technique ;
  • l’organisation administrative et comptable ;
  • le mécanisme de financement ;
  • le contrôle de gestion interne ;
  • la stratégie de développement des infrastructures ;
  • l’évaluation des performances de l’institut ;
  • la valorisation des résultats ;
  • la formation du personnel de l’Institut et des structures de vulgarisation ;
  • la production de semences et plants du matériel végétal adopté par les producteurs ;
  • la diffusion de l’information scientifique et technologique à travers des fiches descriptives et techniques des variétés retenues ;
  • l’assistance au développement par des prestations diverses (études, consultations, formation).

 Ressources

  • Les ressources humaines de I’INERA sont constituées par six (06) types de personnels :
  • le personnel chercheur ;
  • les attachés de recherche ;
  • les ingénieurs de recherche ;
  • le personnel d’appui technique ;
  • le personnel d’administration et de gestion ;
  • le personnel de soutien à la recherche.

 Ces six (06) types de personnel sont repartis en quatre (04) catégories d’agents :

  • les agents publics de l’Etat ;
  • les agents contractuels permanents du CNRST ;
  • les agents contractuels des projets de l’Institut ;
  • les agents de l’assistance technique.
  • Les ressources financières proviennent de :

– budget national ;

– conventions et subventions diverses ;

– recettes de contrats et services divers.

  • Les ressources matérielles de I’INERA sont constituées de biens meubles et immeubles (bâtiments, terrains, véhicules, matériels scientifiques acquis, etc.).
compteur